Aller au contenu Aller au menu

1) Acheter ou louer ?

1.1) Pourquoi acheter ?

Est-ce le moment d'acheter ? Accès à la propriété, bulle immobilière, stratégie d'investissement : tous les arguments pour choisir.

La question de savoir s'il est intéressant ou non d'acheter un appartement est délicate car liée à la sensibilité de chacun. Il n'est pas possible de trancher définitivement cette question, cependant, quelques lumières sur l'immobilier actuel vous permettront peut-être d'éclairer votre choix.

a) Un investissement sûr ?

Au rang des pour, il y a bien évidemment la volonté d'avoir son propre logement et d'y vivre, au lieu d'habiter l'appartement de quelqu'un d'autre. C'est subjectif, bête, et méchant, mais c'est ainsi : certains souhaitent se rendre propriétaires, d'autres pas.

Dans ce domaine, une chose reste certaine : l'achat d'un appartement est toujours un bon placement, car il s'agit d'une valeur sûre et concrète. Il y aura toujours une demande en logement, car il s'agit d'un bien de base. Dans le contexte de crise économique actuel, l'investissement dans la pierre reste donc un investissement de choix, au capital garanti (contrairement à la bourse).

b) Un pari risqué ?

Les prix atteints par l'immobilier peuvent cependant faire douter de l'intérêt purement financier d'une opération immobilière aujourd'hui. En effet, les prix sont déjà en limite de la capacité d'emprunt d'une grande partie de la population. Outre la faible rentabilité d'un placement dans la pierre, certains pointent du doigt le risque d'une surestimation de l'immobilier en France, c'est-à-dire une bulle immobilière, dont l'éclatement pourrait être coûteux.

c) Peser le pour et le contre

Dans le même temps, il ne faut pas trop exagérer non plus ce risque de chute de l'immobilier. D'une part, le dernier krach de l'immobilier, s'il a été spectaculaire, a quand même connu des limites (entre 1991 et 1996, les prix de l'immobilier ont baissé de l'ordre de 30%).

D'autre part, si une chute se produit réellement après trois ans de hausse continue à 15% par an, les deux effets s'annulent. Et si ce n'est pas le cas immédiatement, ce le sera sous quelques années, car l'immobilier est un marché cyclique sur 15 ans environ.

Là est tout le problème : savoir si pour vous, attendre « quelques années » par rapport à la date à laquelle vous aviez prévu de revendre votre bien est faisable, ou non. Pour cela, il faut se poser la question de savoir si par rapport à vos plans d'évolution de vie, l'achat immédiat d'un appartement est intéressant ou non.